bouton_menu_mobile1
bouton_menu_mobile2
pointe fraisage usinage aluminium

Usinage de l’aluminium, que faut-il savoir ?

L’usinage de l’aluminium consiste à couper l’aluminium à l’aide d’un outil adapté. Étant l’un des matériaux les plus utilisés actuellement, l’aluminium présente l’avantage d’être facile à travailler. Contrairement à d’autres métaux, il s’avère malléable. De ce fait, sa coupe nécessite moins de force. Afin de réussir l’usinage, vous devez connaître l’outil adapté pour les travaux ainsi que les types d’aluminium pouvant être utilisé.

Usinage de l’aluminium : quel outil choisir ?

En matière de découpe de l’aluminium, le choix de l’équipement dépend généralement du travail à réaliser. La plupart du temps, ces outils sont simples à prendre en main, mais leur utilisation nécessite néanmoins des précautions (gants, lunettes de protection, etc.).

Les appareils pour couper

Pour réaliser des coupes droites à 45 °, vous pouvez choisir une tronçonneuse à double tête (à pivotement avec déplacement manuel).

La tronçonneuse à tête simple sert à faire des coupes allant de 0 à 45 °.

La grignoteuse peut également couper l’aluminium par perçages successifs. Et contrairement à la cisaille, son fonctionnement ne déforme pas le métal. De plus, il s’utilise sous tous les types d’acier.

Pour gagner du temps, la scie à parcloses est l’outil à privilégier. Pouvant sectionner automatiquement 2 pare-closes simultanément, elle permet de réaliser une coupe à 45 ° et en quelques secondes.

Dans cette même catégorie, vous pouvez également choisir la déligneuse afin de déligner plusieurs pièces en une seule fois.

Les équipements pour percer et fraiser

En ce qui concerne le perçage des trous, les outils comme la presse de poinçonnage et la perceuse multibroche sont les équipements indispensables. L’enfileuse de joint quant à elle pourra poser deux joints en même temps.

La fraiseuse est souvent utilisée pour retirer de la matière en forme de copeaux. Ainsi, elle peut réaliser la coupe et l’avancée de la pièce à usiner. Grâce à sa polyvalence, cet outil est le plus recommandé pour l’usinage de l’aluminium.

Les types d’aluminium à travailler

D’une manière générale, tous les alliages d’aluminium peuvent être usinés. Cependant, les matériaux incorporés à l’alliage doivent retenir votre attention, car l’aluminium faiblement allié aura tendance à fondre lors de la coupe.

Quand l’alliage présente moins de pureté en aluminium, ce désagrément peut survenir si la pièce n’est pas refroidie abondamment.

Ainsi, la surface métallique va adhérer à l’outil d’usinage, qui arrêtera la découpe. Il est donc important de se renseigner sur l’alliage des pièces à travailler avant d’entamer vos opérations.

Pour vous éclairer, voici quelques types d’aluminium souvent utilisés en usinage :

  • L’alu 5052 présente une résistance exceptionnelle à l’atmosphère marine et à la fatigue (117 MPa).
  • L’alu 6061 -T6 est le plus courant puisque sa désignation T6 indique sa grande résistance à la traction (276 MPa).
  • L’alu 2024 -T3 affiche une excellente résistance à la traction (400 à 430 MPa) et sa désignation T3 indique un traitement thermique et une déformation à froid.
  • L’alu 7075 : doté d’une résistance comparable à l’acier (572 MPa) et idéal pour les applications soumises à de fortes contraintes.
  • L’alu MIC-6 est une nuance courante puisqu’il s’agit d’un matériau de plaque coulée et utilisé dans l’outillage ou les plaques de base.

Les caractéristiques de l’aluminium à connaître

L’un des grands avantages de l’aluminium est son excellente conductivité thermique. Les copeaux issus de l’usinage vont alors transmettre une grande quantité de chaleur réduisant par la même occasion la charge thermique sur l’arête de coupe. De ce fait, il devient possible de réaliser les coupes à grande vitesse.

En revanche, la malléabilité de l’aluminium accélère l’avancée de l’arête de coupe ce qui peut compliquer la manœuvre de l’outil ou l’évacuation des copeaux.

Pour éviter d’altérer l’équilibre de l’appareil, l’efficacité de l’usinage et la charge mécanique du tranchant, l’idéal serait de choisir une fraiseuse CNC et surtout de trouver des fraises spéciales aluminium.

Par ailleurs, il arrive que la pièce en aluminium ne soit pas uniforme de par sa forme, sa rugosité ou encore ses conditions de serrage. Toutes ces spécificités peuvent alors ajouter des contraintes et rendre l’usinage de l’aluminium plus difficile qu’il n’y paraît.

Quoi qu’il en soit, il s’avère impératif de choisir un outil de précision afin de réaliser correctement la découpe.

Que peut-on usiner en aluminium ?

L’usinage de l’aluminium permet généralement de travailler des surfaces à plat, notamment les pièces en plaques.
Sachez aussi que ce matériau peut être coupé de différentes manières (en courbe, en angle ou en ligne droite) à condition d’avoir de bons outils. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un revendeur.
Si vous utilisez une fraiseuse, vous pourrez effectuer le cintrage des pièces avant leurs assemblages. Dans ce cas, il faudra opter pour un outil comportant des angles de 90 ou 135 °, à sélectionner selon la courbure recherchée.
Dans tous les cas, le choix de l’instrument à utiliser pour l’usinage de l’aluminium reste primordial d’où l’intérêt de se renseigner systématiquement avant tous travaux.

12 octobre, 2022

Articles similaires

jmdCFAO mobilisé contre le COVID-19

Plus grand désastre sanitaire depuis plus d’un siècle, la pandémie de COVID-19 a ébranlé notre civilisation en mettant à l’arrêt total ou partiel chacune de nos habitudes de vie que nous considérions acquises, tant dans…

Lire l'article

Projet moule prototype Xiring

XIRING, spécialiste en systèmes de lecture de cartes à puces a fait appel à JMDCFAO pour l’étude et la réalisation d’un moule prototype pour leur dernier projet. JMDCFAO a fourni une prestation complète de conseil et d’accompagnement….

Lire l'article

Quelles sont les différentes matières plastiques ?

C’est en 1862, à l’occasion de l’Exposition Internationale de Londres, qu’Alexander Parkes présentera le tout premier plastique artificiel. Il s’agissait alors de Parkésine, un polymère fait à partir de cellulose végétale. Depuis lors, de l’eau…

Lire l'article